French
English

Les critères de Différenciation culturelle

INDE / FRANCE: COMPRENDRE LES DIFFERENCES CULTURELLES


De nombreux auteurs se sont penchés sur la représentation des différents profils culturels à travers le monde. Parmi ceux qui font référence en occident dans ce domaine, nous pouvons citer Geert HOFSTEDE et son analyse factorielle multicritères qui servira de principale référence dans cet article, Fons TROMPENAARS, Charles HAMPDEN TURNER, Philippe d’IRIBANE pour le volet Ethnologie ainsi que Edward THOMAS et Mildred Reed HALL pour l’Anthropologie.

Les travaux de ces auteurs sont étonnamment convergents et complémentaires, ce qui permet de dégager un modèle de représentations assez accessible et facile à appréhender.


LES 7 PRINCIPAUX CRITERES DE DIFFERENCIATION CULTURELLE

Le tableau ci-dessous regroupe les principaux critères d’analyse d’une culture émergeant des travaux des auteurs de référence dans le domaine. Comme vous pourrez le constater, ces critères sont orientés vers l’analyse d’une culture de travail. Il est nécessaire d’utiliser d’autres critères plus larges pour une analyse exhaustive de la culture d’un Pays.

Critère Poles Auteurs de Reference
1. Relation Hiérarchique - Distance hiérarchique (autorité, relations inégalitaires, acceptation de décision sans consensus, fortes marques extérieures de statuts)
- Partenariat (acceptation des remises en cause des décisions prises, faibles marques extérieures de statut)
Hofstede
Hampden-Turner
(d’Irbane)
2. Relation dans l’entreprise - Individualisme (prises d’initiative individuelles, séparation vie privée/vie professionnelle)
- Sens communautaire (solidarité, intérêt collectif privilégié)
Hofstede
Trompenaars
3. Relation dans l’équipe - Compétition/Affirmation de soi (Masculinité : valoriser la réussite et l’affirmation de soi)
- Consensus/Recherche d’Harmonie (Féminité : éviter le conflit, recherche de condition de travail agréables)
Hofstede
4. Gestion du temps - Programmation (Monochronisme : planification et organisation rigoureuse, ponctualité importante, espace de travail protégé)
- Réactivité (Polychronisme ou Synchronisme : saisir l’occasion qui passe, passage fréquent d’un dossier à l’autre, acceptation de modification de programme, de délais et d’horaires)
Hall et Hall
Trompenaars
5. Gestion de l’information - Explicite (information précise, distribuée à tout le monde, de préférence par écrit)
- Implicite (communication informelle, spontanéité, orale, non officielle)
Hall et Hall
6. Gestion du statut Socioprofessionnel - Au mérite (fondé sur actions et performances)
- Au statut d’origine (valorisation d’une catégorie sur un critère discriminant)
Trompenaars
(d’Irbane)
7. Contrôle de l’Incertitude - Sécurisation (peur des changements et de la différence, rapport au futur anxieux, préférence pour la stabilité et la rigidité, procédures précises pour éviter les aléas)
- Goût du risque (ouvert aux changements)
Hofstede

LES 6 DIMENSIONS CULTURELLES DE GEERT HOFSTEDE

Geert HOFTEDE est probablement l’auteur ayant le mieux synthétisé les critères de différenciation à travers son œuvre. Son modèle de comparaison est aujourd’hui une référence largement répandue et utilisée à travers le monde, notamment lorsqu’il s’agit d’aborder la thématique dans le domaine professionnel, dans le cadre d’implantation de filiale à l’étranger, de délocalisation de postes, etc…

Contrairement aux 7 critères présentés ci-dessus, HOFSTEDE base son analyse sur 6 « dimensions » universelles et assez larges pour englober différents aspects culturels en dehors du domaine professionnel.

Passons en revue ces 6 critères :

- Rapport à l’Autorité (Power Distance) il s’agit ici du degré de tolérance par rapport à une répartition faible du pouvoir. Certaines sociétés tolèrent relativement bien l’image d’un leader omnipotent alors que d’autres comme les pays scandinaves notamment encourage une répartition du pouvoir décisionnel.

- La propension à l’Individualisme ou au collectivisme (Individualisme) : cette dimension est explicite. Les structures familiales influencent grandement la propension des individus à s’orienter vers l’individualisme et le collectivisme. Au sein des pays ou les familles complexes (plusieurs générations sous le même toit) sont les plus rependues, le collectivisme prime. Au sein des pays anglo-saxon ou la famille nucléaire (départ rapide des enfants) s’impose, l’individualisme est la norme.

- Masculinité ou Féminité (Masculinity) : l’utilisation des termes « Masculinité » et « Féminité » peut ici prêter à débat et sera probablement amené à évoluer avec le temps. Il faut mettre ici en rapport la « Masculinité » avec l’esprit de compétition et la « Féminité » avec l’attirance vers l’aide et la recherche de qualité de vie.

- Le rapport à l’Incertitude (Uncertainty Avoidance) : cette dimension est essentielle dans la compréhension des politiques mises en place par les pays. Il s’agit du degré de confort avec lequel le pays, et ses individus, abordent les aléas de la vie, et par conséquent la propension à vouloir maitriser son environnement.

- Vision à long terme ou court terme (Long Term Orientation) dans certains pays, les individus semblent plus enclins à vivre au jours le jours, alors que dans d’autres, la volonté de planifier sur le long terme est la norme.

- La propension au laxisme ou aux restrictions (Indulgence) : ce dernier critère concerne essentiellement l’éducation et peut être lié à la façon d’appréhender la vie. Plus le score d’ « Indulgence » est élevé, plus l’individu tend à contrôler ses pulsion et ses désirs.



Retour aux Articles